mercredi 16 décembre 2015

Jour 15/ Carte de Voeux & Viva For Life


Cette année, ma petite fille est revenue de l'école avec des cartes de voeux "à vendre..."
Ma première réflexion a été "Encore?"
(Il faut savoir que l'école nous sollicite énormément)
Alors ma Lili a surenchéri en me disant "Mais maman, ce sont mes cartes"
N'ayant pas tout compris, je commence donc à lire une carte explicative...
Et là... Révélation!! J'adhère mais à 200%!
Ces cartes sont vendues au profit d'une merveilleuse action de solidarité!
"Viva For Life"
Mais y a pas que ça!
Chaque enfant a ainsi réalisé son propre dessin!
Ce que vous voyez là, OUI OUI c'est le chef d'oeuvre de ma petite progéniture!
Il y a même ses nom et prénom inscrits!
Mais quelle fierté!
(Ou attrape-nigaud)
Je décide donc de les acheter, toutes.


Je participe donc à cette mobilisation énorme!
Car 1 enfant sur 4 vit dans la pauvreté!

Mais il n'y a pas que ça.
Des événements musicaux sont à venir & des appels aux dons diffusés par 3 animateurs de la radio VIVACITE enfermés dans un cube pendant 144 heures, y a de quoi amuser la galerie.

Alors si vous êtes de passage sur CHARLEROI en BELGIQUE, arrêtez-vous!
Ca vaut le détour!



Alors ok jusque là, mais c'est quoi au fait VIVA FOR LIFE??

Viva for Life 2015 est une opération au profit des enfants âgés de 0 à 6 ans qui vivent sous le seuil de pauvreté. En Fédération Wallonie Bruxelles, plus de 80.000 enfants de 0 à 6 ans sont concernés
C’est une évidence : le contexte socio-économique dans lequel évolue un enfant a une influence majeure sur son bien-être et ses perspectives d’avenir. La pauvreté est aujourd’hui bien plus qu’un problème d’argent et a un impact sur le plan de l’alimentation, de la salubrité, du confort matériel, de la santé, des chances de réussite scolaire ou de la vie sociale.
Cette pauvreté a des conséquences négatives en cascade sur toutes les dimensions de la vie de l’enfant. Elle est porteuse en elle-même des inégalités et réduit fortement les chances d’y échapper à l’âge adulte. Ce constat est particulièrement prégnant dans notre pays.

En Fédération Wallonie-Bruxelles, les chiffres restent alarmants : 1 enfant sur 4 en Wallonie et près d’1 enfant sur 3 à Bruxelles vivent sous le seuil de pauvreté.

La petite enfance est une période cruciale pour rompre le cercle intergénérationnel de la pauvreté. Permettre à l’enfant en bas âge de fréquenter un milieu d’accueil est essentiel pour lui donner un bon départ dans la vie. Il est important d’agir tôt en offrant un service d’accompagnement aux familles dans les relations précoces parents-enfants parce que la pauvreté peut menacer l’exercice de la parentalité. La grossesse, la naissance et la prime-enfance sont des moments fondamentaux pour construire un avenir.
On a coutume de dire que tout se joue avant 6 ans. C’est en effet lors des six premières années que les enfants sont amenés à vivre quelques-unes des plus grandes transitions de leur vie : de la maison au milieu d’accueil, du milieu d’accueil à l’école maternelle et enfin de l’école maternelle à l’école primaire. Si ces passages sont vécus de manière harmonieuse, ils contribueront au sentiment de bien-être de l’enfant et de sa famille.
Article de RTBF.BE