jeudi 10 septembre 2015

Si l'on m'avait averti...


"Si l'on m'avait averti d'une telle différence, crois-moi bien! Je me serais abstenue!"
Ces paroles sont celles d'une maman épuisée, éreintée à la seule vue de son 2 ème bébé!
Cette maman, c'est moi!
Pas facile de dire, d'écrire de telles phrases et pourtant...
Maman à 19 ans, mon premier bébé était d'un calme olympique.
Rien à dire!
Nuits, dents, sevrage, apprentissage, école,  comportement, tout était parfait!
Il m'arrivait même de trouver qu'il était trop sage.
A rêvasser, dessiner pendant que les autres petits garçons grimpaient aux arbres ou sautaient dans la boue.
Il était évident qu'il serait mon seule et unique enfant!
Mais voilà, 8 années après, l'envie de materner reprend le dessus...
Un 2 ème?
Mais oui!
Cette peur d'avoir un garçon et peur de ne pas l'aimer à la hauteur du premier.
C'était donc sûr, je VOULAIS une fille!
Grossesse merveilleuse! (Meilleure que la 1ère car opérée d'une appendicite aïgue à 4 mois de grossesse, un 31 décembre en +!!)
Travaillant dans un magasin puériculture, je ne pensais qu'à ça, je ne vivais que pour ça!
Je ne me refusais absolument rien...
L'allaitement était privilégié! Les petits plats de maman à la place des petits pots désormais banni!
Une vie totalement changée et une prise de conscience énorme par rapport à mon rôle précédent.
J-J! Direction maternité 7h, je gère absolument!!
Mais les douleurs augmentent et en petite nature, je prie pour la péridurale!
Posée à 10h... dernière promenade autorisée, les douleurs ne font que s'amplifier!
Cette péri a été mal placée! Juste une jambe est endormie...Le calvaire commence...
J'AI TOUT DE SUITE COMPRIS QUE MA VIE PRENAIT UN AUTRE TOURNANT!!!
Je pleure, je crie, je HURLE, ameutant tout le bloc d'accouchement et faisant paniquer les pauvres petites dames en travail!
Je n'en peux plus, il est 13h, anesthésiste absent, ils ne peuvent plus rien pour me soulager...
On me dit de me retenir, de ne pas pousser! Mais ma fille me fait trop mal, je veux qu'elle sorte de MON CORPS!
En transfert vers la salle d'accouchement, je suis dans mon lit et je pousse, je ne pense qu'à ça!
A me délivrer du mal!
Les médecins n'auront pas le temps de me basculer d'un lit à l'autre, mon bébé est en train de sortir, là, dans mon lit!
A la vision de sa frimousse, toute cette douleur s'efface! Totalement! Ca y est, ma fille est là!
Un bouille toute rouge avec une toute petite tâche sous le nez (certainement de l'avoir expulsée trop vite) et de long cheveux noirs, telle je l'avais rêvée!

6mois d'allaitement, d'amour fusionnel, même l'achat d'un porte bébé pour éviter les pleurs lors des tâches ménagères, j'en étais devenue totalement Gaga!

6mois de rêve!

Jusqu'à la reprise du boulot...

Arrêt nènès, accueil en crèche, le caractère de Mistinguette me mettait à rude épreuve!
Réveils plusieurs fois la nuit, j'etais un vrai zombie!
Crises d'hystérie n'importe où, une vraie rebelle, elle représentait l'enfant dont tout le monde a déjà vu dans les supermarchés à se rouler par terre en hurlant la mort!

Tout le monde me disait "Oh, mais qu'elle est belle!!" Et je ne pouvais pas m'empêcher de m'esclaffer "Heureusement!! Car si en + elle était moche, je me demande bien ce que j'aurais fait avec elle!"

Comment une mère peut-elle réagir de la sorte!? Quelle honte!

Sinon les nuits ont été pareilles jusque ses 2ans et demi... 
Limités  à +- 4x/semaine jusque 6ans... et là je commence à apprécier chaque moment.

Non pas parce qu'elle dort! Mais parce que j'ai appris à prendre du recul avec elle.
De petits moments de complicité sont nécessaires à notre relation.
Prises de tête fréquentes mais câlins à revendre.
Je suis tellement fière de ma petite fille! Et n'en voudrais pas une autre!

Je vous avoue avoir pris quelques séances de psy pour relativiser.
Cette psy appréciait le fait que je dise les choses telles que je les pensais...
D'autres parents n'en prennent pas conscience et un jour commettent l'irréparable sous un excès de colère non contrôlé...(que je ne conçois pas hein!)
Grâce à ces entrevues, j'ai appris à canaliser ce qui me paraissait insurmontable!

Totalement guérie de cette faille aujourd'hui! !

Et si je vous disais, qu'après 8ans (encore une fois) je suis prête à repasser le pas, vous en diriez quoi???

L'inquiétude tout de même du renouveau, de s'accoutumer à un caractère déjà forgé dans les gènes parait-il...

Mais au bout du compte, un enfant n'est pas l'autre, mais ce sont les vôtres!! Quels qu'ils soient, ils seront et resterons le cadeau que la vie vous a offert!

Alors, 100% partante pour le 3ème volet de mes aventures :-)

Et vous, quel âge aviez-vous pour votre 1er enfant?
Quel écart avez-vous attendu avec le second?
Avez-vous eu certaines difficultés?